Il est des récits que l’on se plaît à conter, celui de la Croix de Megève en fait partie. Ses racines bien ancrées dans l’histoire du village, elle vit aujourd’hui indéniablement avec son temps ! Signe d’appartenance à une vallée, elle était autrefois transmise de mère en fille. Une tradition et un patrimoine qui auraient pu disparaître. Mais c’était sans compter sur la volonté de transmission du savoir de Madame Joly-Pottuz.

L’histoire de la Croix de Megève

Pour comprendre l’histoire de la Croix de Megève, retournons dans les années 1750, à l’époque où Megève était rattachée au Piémont-Sardaigne.

À cette époque, les conscrits partent près de Turin effectuer leur service militaire durant 7 ans. Là-bas, chez un orfèvre dont l’adresse est jalousement gardée secrète et transmise par les aînés du village, ils font réaliser une croix qu’ils offriront à leur promise dès leur retour. En or et entièrement ciselée à la main, elle était de grande taille et arborait un Christ et une Vierge. L’exode rurale et les années faisant, cette tradition et ses origines se sont peu à peu perdues.

Revenons à une époque un peu moins lointaine. Nous sommes dans les années 1980 à la Joaillerie Joly-Pottuz lorsque les enfants reprennent la boutique. Rapidement, de nombreux jeunes gens, qui ont hérité de ces croix de mariage, les sollicitent pour les faire fondre afin de créer des bijoux plus modernes. Madame Joly-Pottuz tint alors à alerter ses enfants et les villageois sur la signification et la grande valeur patrimoniale que portaient ces croix. À ce moment, il n’en restait alors plus que 80 dans les familles.

croix-megeve-histoire-patrimoine-culture
© Daniel DURAND
© Daniel DURAND

Dominique Joly-Pottuz décide donc de reprendre la fabrication de ce bijou historique dans son atelier du village, s’inspirant de la croix de sa famille. Une fabrication que l’on peut d’ailleurs apprécier, tous les étés, lors de la Fête des Vieux Métiers.

En or blanc ou jaune, avec ou sans ciselure et pierre, elle reste entièrement faite main. De nos jours, elle est offerte lors de naissances, baptêmes, communions ou ramenée par les vacanciers dans leurs valises.

Héritage du patrimoine mègevan, elle symbolise toute une appartenance à un village, à un art de vivre. Certes, elle est un bijou mais dans son histoire réside sa véritable valeur !

Ce contenu vous a été utile ?

Partager ce contenu