Dans le centre authentique de Megève, de superbes chevaux attirent irrémédiablement le regard. Tractant l’une des calèches emblématiques du village, le cheval fait la fierté des habitants. Ces belles montures ne ressemblent à aucune autre. Elles possèdent des caractéristiques spécifiques, que des passionnés s’attachent à perpétuer.

Ski joering
Fermé

Ski joering

Stage découverte du mileu du cheval
Fermé

Stage découverte du mileu du cheval

Stage de cheval et de poneys
Fermé

Stage de cheval et de poneys

Réinitialiser la carte

Le cheval & Megève, une histoire de passion

Le cheval fait indéniablement parti du décor mègevan. En plein cœur du village, les splendides équidés sont partout avec les belles calèches qui déambulent sur les pavés. On les admire également dans les alpages, ou dans les centres équestres de la région. Les chevaux sont aussi à l’honneur lors de grands rendez-vous estivaux. Le Jumping international CSI*** Edmond de Rothschild ou la Fête du Cheval, font battre le cœur des résidents et des visiteurs. Cette fête permet de plonger dans un décor d’antan. Défilé, attelages et spectacle équestre créent une ambiance extraordinaire.

La veille, autre rendez-vous incontournable, le concours aux poulains, organisé depuis des lustres à Megève. Les belles comtoises, les splendides étalons franches-montagnes et les chevaux de Megève sont scrutés par un jury français et suisse sous l’œil d’un public nombreux. Croisement des deux espèces précitées, la production locale de chevaux se maintient grâce à l’implication de passionnés. « Nous souhaitons perpétuer l’héritage de nos aïeux qui possédaient des petites juments comtoises », détaille le Syndicat hippique et mulassier du Haut-Faucigny.

En savoir plus
Centre équestre le Cheval de Feug

Nous souhaitons perpétuer l’héritage de nos aïeux.

DDD

L’histoire et l’attachement des Mègevans à leurs fidèles montures sont tels que ce syndicat a été parmi les premiers créés en Rhône-Alpes, en 1913. De tout temps, les chevaux étaient les rois des activités des champs. Déjà utilisés pour le transport, ils servaient de premières remontées mécaniques en tractant les premiers skieurs. Il s’agissait vraiment des voitures et tracteurs de l’époque ! Les juments comtoises, qui s’adaptaient bien aux besoins des habitants de Megève, étaient plébiscitées. Elles produisaient des mules et des mulets qui servaient pour le bât et étaient vendus à l’armée. Des poulains étaient également élevés pour renouveler leur cheptel. Megève est rapidement devenue une place connue des amateurs de chevaux.

Au fil des ans et de l’essor de la mécanisation, ces chevaux typiques sont de moins en moins utilisés. En 1995, des Mègevans passionnés souhaitent retrouver les caractéristiques du cheval de leurs aïeux : plus léger et d’une taille d’1,50 à 1,60 m. Des équidés polyvalents, froids et dotés d’un excellent mental, qui leur permettent de servir à l’attelage comme à la selle. En lien avec les Haras nationaux d’Annecy, un croisement de chevaux comtois et de la race suisse franches-montagnes se développe.

Une labellisation est un temps espérée. Si ce projet n’aboutit pas, l’héritage des anciens et de leurs chevaux reste bien vivace à Megève. Le Syndicat hippique et mulassier possède en effet un étalon franches-montagnes, un second arrive cet été. Des éleveurs de toute la région Auvergne-Rhône-Alpes viennent chaque année faire saillir leurs juments par l’étalon mègevan. Preuve irréfutable que l’excellente réputation et les indéniables qualités du cheval de Megève ont traversé les époques et se perpétuent.

Ce contenu vous a été utile ?

Partager ce contenu